tu es une petite patate // Eros
 :: Cafétériat

Messages : 23
Pouvoir : Intangible (12/12)
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 17 ans / 6ème année
Voir le profil de l'utilisateur http://bermudes-maestrii.forumactif.com/t13-finn-h-hogarth#16http://bermudes-maestrii.forumactif.com/t37-512-682-342-come-on-just-text-finnhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t49-silence-is-better-than-bullshit-finn
avatar
Jeu 1 Fév - 0:11
Tu es une petite patate
Quand tu ouvres tes yeux encore cerclés de sommeil à six heure trente ce samedi matin, c’est pour commencer ton week-end par un long soupire. Tu te tourne dans tes draps d’un mouvement irrité, luttant pour ne pas te rendormir. Toi, éveillé à cette heure-ci un samedi, c’est en effet que quelque chose cloche. T’es un adolescent normal, ton début de week-end, tu l’utilise généralement pour dormir, pas pour te faire agresser par la sonnerie acerbe de ton réveil matin.

Mais tu vas bien devoir te lever, Finn, et rapidement avant que tes colocataires à l’internat finissent par te lancer leur oreiller au visage.
Aujourd’hui, pour la première fois, t’es collé. Quatre longues heures de colles pour comportement inapproprié. C’était pourtant pas ta faute si le maemug-cake de Shacolat t’avait mis dans cet état-là. Mais t’avais accepté la punition sans rechigner, parce que c’était dans ta nature et qu’au final, tu ne pouvais pas nier avoir en effet fait du grabuge dans le hall de l’internat. Sauf que voilà, c’était pas des simples heure de colles qui t’attendait ce matin t’avait-on apprit, c’était des travaux d’intérêt généraux à la cuisine. Tu t’imaginais déjà de retrouver à faire la vaisselle avec ce weirdo de cuisinier, et l’idée ne t’enchantait pas particulièrement.

Tu fini par t’extirper de ton lit discrètement, attrapant à la va vite ton uniforme accroché sur un cintre avant d’aller te préparer. T’étais pas tout à fait sûr de vraiment avoir à le porter en heure de colles, mais tu préférais éviter de donner à l’administration une raison supplémentaire pour te taper sur les doigts. T’étais prêt en quelques quinze minutes, les cheveux encore légèrement humides mais délicatement parfumés de la menthe de ton shampooing. A sept heures, t’avais avalé un bref petit déjeuné à base de lait et de céréale, t’étais brossé les dents et était prêt à partir, ton sac sur l’épaule.

T’arrivais à la cafétéria sur le coup des sept heures trente, le temps d’attraper une navette et de faire le chemin jusqu’aux salles communes. C’était assez étonnant de voir la salle complètement vide alors qu’elle était si vivante quand tu t’y rendais d’habitude. Souvent, tu t’asseyais à l’une de ces tables au fond de la salle, pas trop loin de l’endroit où les dernières années étaient souvent installés et profitait de ces moments pour jeter un regard discret à la table de la présidente du bureau des élèves.

Un nouveau soupire s’échappa de ta bouche à cette simple pensée. Tu sais pas tout à fait pourquoi tu crush sur cette fille au fond, et elle ne connait probablement à peine ton existence si ce n’est pour les petits coups de main que tu donnes à l’association de l’école. Mais tu balaies vite cette pensée en entendant la porte du côté cuisine s’ouvrir derrière-toi.
Messages : 4
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mar 20 Fév - 19:26
tu es une petite patate
Tu es le meilleur. Juste tu es le meilleur. Le big boss en chef. Ok, tu te lances trop de fleurs pour cette histoire de proposition de prendre des élèves en travaux d’intérêt généraux en cuisine, mais il fallait bien que quelqu’un le fasse sinon personne ne te le dirait. Trop arrogant disait certain. Ils ne savaient simplement pas voir ta suprématie évidente, c’est tout. Il y a des choses qui sont innées en toi et ton sens du pratique en fait certaine partie. Toujours voir une façon de faire des économies et du gain de temps, puis même pour les jeunes recrût cela n’était pas si un mal que cela.

C’est ce à quoi tu penses alors que tu finis de te préparer consciemment devant ton miroir. Tu te dois d’être parfait pour les mauvaises graines. On ne souhaite pas devenir mauvaises graines, on le devient à cause de la vie et c’est aussi pour cela que tu trouves qu’un travail en cuisine est mieux pour eux. Au moins, là, tu peux discuter avec sur le pourquoi du comment ou simplement en apprendre plus sur des ragots de bout de couloir. Le pied dans tous les cas.

La tenue du jour serait un ensemble digne du plus parfait majordome. Enfin si un majordome portant un costume de couleur bordeaux avec des épaulettes loutre et en dessous une chemise hawaïenne. On était le week-end, alors merde les convenances, puis même là tout de suite, il n’en a rien à faire. Cette chemise lui va parfaitement bien et les épaulettes, c’était des cadeaux. Puis merde, à quoi cela dérangerait de toute manière, il avait trop le sourire pour s’occuper de ce genre de détail. Vivre pour soit avant de vivre pour les autres.

Aujourd’hui il n’y a qu’un seul collé. Dommage quelque part. Moins d’interaction sociale avec d’autres gens pour le petit. Toi, tu t’en fiche, tu restes le même en toute circonstance ou presque. Des plus joyeux, tu arrives vers tes cuisines pour récupérer le poussin du jour. Ton nez se fronce et un soupir franchit tes lèvres. Le gamin ne va pas bien, même sans ton empathie cela se voit comme le nez au milieu de la figure à qui on aurait mis une couche de fluo rose paillette.

Tu aurais pu le renvoyer dans sa chambre, vraiment, mais ça lui ferais du bien d’être avec toi. Tu en es certain, même si lui doit se dire que non. Tu ne sais pas encore ce qui le ronge, mais tu es sur place pour effacer tout cela d’un coup de concombre magique. Non, tu ne vas pas utiliser du pain comme toutes ses fées de bas étage. Tout de même, tu as plus de classe que cela. Un peu de respect. D’un geste vif, tu frappes une fois dans tes mains pour annoncer ta présence.

« Salut pitchoune, tu dois être mister Hogarth. Si ce n’est pas le cas et que tu viens en remplacement d’un ami tu assumes jusqu’au bout maintenant que tu es là. Ça me fait tellement plaisir d’avoir de la compagnie dans mon royaume. Allez, viens. »

Sans plus de discussion, tu lui attraper le bras comme si tu en avais tous les droits ou si aucune gêne ne devait être là.

« Première question importante, qu’elle est ton plat favoris ? »

Parce que quitte à être en cuisine autant tentée de lui faire une variante de ce qu’il préfère, ça lui donnera peut-être un peu la pêche et t’évitera à toi Eros de tomber toi-même en dépression. Non, tu n’exagères pas. À peine.

Codage par Libella sur Graphiorum
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Cafétériat
tu es une petite patate // Eros

Sauter vers: