Princesse du béton - Lauren [FINITO LE HARICOT]
 :: Ministère de la Magie :: Etat Civil :: Résidents

Messages : 13
Pouvoir : Maîtrise des plantes
Type de magie : Monomaestrii
Âge / Classe / Job : 22 ans/Sciences Magiques/Préparatrice à Leaf it to me
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jeu 25 Jan - 13:18
Maîtrise des plantes (21/21 Total)
Lauren se sert très souvent de son pouvoir, tant elle l'adore. Elle aime la nature, elle aime les plantes, et elle a réalisé avec bonheur il y a une dizaine d'années que celles-ci le lui rendaient bien. Son intérieur en est rempli, et elle ne peut s'empêcher de tenter de relever toute petite fleur qui lui semble mal en point lorsqu'elle passe à proximité.
Et elle est plutôt douée, même si tout ceci la fatigue périodiquement, à force d'user et souvent d'abuser de ses talents. Elle souffre alors de maux de crânes, et a vu une fois ses gencives saigner, ce qui l'a absolument terrifiée. La portée de son don n'est pas très grande, mais elle aime plonger les mains dans la terre pour venir au contact, alors elle ne se sent pas très concernée par ce genre de problématiques. Néanmoins,si les fleurs, les légumes, l'herbe et les buissons en général ne lui posent aucun problème, elle bute encore régulièrement face aux arbres et face à l'énergie qu'elle doit déployer pour les aider à grandir.

Seule ombre au tableau, elle a tendance a prendre une teinte de plus en plus verdâtre au fur et a mesure qu'elle se sert de son pouvoir. Si une bonne nuit de sommeil remet tout a zéro, il n'est pas rare de la voir rentrer en se masquant le visage de ses mains arborant une teinte tout à fait surnaturelle, signe ineffable qu'elle a trop forcé.
C'est génétique, lui a t'on dit, et il est vrai qu'elle à déjà vu son père changer lui aussi de couleur en fin de journée en fonction des événements. Mais cela ne suffit pas à la rassurer: elle se trouve assez hideuse en vert,
et craint un jour de rester bloquée ainsi. Elle sent par ailleurs de plus en plus fort l'eucalyptus au fur et a mesure de la journée.
Si le déterminisme social pouvait indiquer, du moins en substance, que Lauren était déterminée à rester dans des grandes barres de béton toute sa vie, le déterminisme laurénien à plutôt décidé, de son coté, qu'elle se sortirait de ce qu'elle qualifie poliment de "trou a rats visqueux" le plus rapidement possible. Car elle est déterminée, cette femme là, et croit avec une force presque déraisonnable que tout est à portée de main si elle se bouge les fesses pour aller le saisir. Imperméable au concept de chance, elle place toutes ses billes dans un amour du travail et de l'organisation presque maniaque, et est une planificatrice redoutable en ce qui concerne ses objectifs personnels. Fortement accrochée à ses valeurs morales qui se résument grossièrement en un "si on veut, on peut, et si tu t'accroches pas a la locomotive a temps, eh bien c'est tant pis pour ton bouli", elle se donne a cent pour cent dans ce qu'elle entreprend, ou alors elle choisit de ne pas entreprendre. Elle rêve plus tard de sa place au soleil qu'elle aura construit elle-même, à l'abri du besoin, au chaud et éloigné de toute cette misère qui la répugne, et est prête à y sacrifier beaucoup de choses: pas mal de relations, notamment, si l'on y regarde de plus près. Ce n'est pourtant pas qu'elle est désagréable: elle est d'une compagnie appréciable, extravertie et drôle du moins en surface, mais il ne faut pas perdre la réalité des yeux. Si vous lui donnez l'impression de la ralentir dans son plan personnel de vie, elle se chargera sans sourire de vous montrer la porte.

Proche de peu de gens, mais bien entourée en surface, elle rebute néanmoins, dirigiste et parfois prétentieuse qu'elle est. Elle ne pense pas à mal, pourtant, mais elle est tellement convaincue d'avoir le bon chemin à suivre qu'elle se ferme assez facilement aux opinions des autres, et est d'une façon plus générale une très mauvaise écoutante, meilleure dans l'action que dans les longues conversations qui l'ennuient.

Charmante ambitieuse, implacable concurrente, elle est une grande joueuse, seule part de l'incontrôlable sur son existence, elle se plaît dans les jeux de séduction mais pas dans les attaches concrètes. Un peu insaisissable, un pas d'avance sur ses adversaires autant que sur ses pairs, elle avance, droit au but. Et rien ne pourra l'arrêter.

Random facts: fait du jogging tous les matins - boit un poil trop de café - fan de rock des années 60 à 80 - téléphone à sa grand-mère une fois par semaine - pas allergique aux chevaux - lectrice de polars convaincue - supporte très mal la chaleur - est terrifiée par les araignées - passe beaucoup trop de temps dans sa salle de bains - se douche entre deux et trois fois par jour - étiquette soigneusement tout ce qui lui passe sous la main - se rappelle de ce qu'elle a rangé et ou elle l'a rangé très rapidement - fayote en cours - bisexuelle désintéressée - fan de jardinage - participe tous les ans au concours de la plus grosse courge - Rêve de faire de la recherche dans le domaine des plantes et de les associer d'une manière ou d'une autre à la gestion des pouvoirs des Maestrii. - Possède un petit chat nommé Chevy (qui était censé s’appeler a la base Chèvrefeuille) qui est odieux et qui pisse partout.
Lauren est naturellement rousse, et a les yeux émeraude. Sa peau est normalement très claire, bien qu'elle vire régulièrement dans tes teintes plus vertes, ce qu'elle déteste absolument. Elle fait 1m78 et ne se pèse plus depuis quelques temps (mais elle pèse soixante quinze kilos, indique le bienveillant narrateur pour vos petits yeux curieux), mais rêve de perdre ses poignées d'amour en faisant du sport avec application. Ce qui n'arrive pas.

Elle tente d'être à la pointe de la mode malgré ses moyens financiers limités, et la grande majorité de son budget mensuel passe en vêtements et en maquillage: elle ne supporte pas de sortir en n'étant pas parfaitement apprêtée,
et pense encore, au grand regret de son kinésithérapeute, qu'une bonne paire de talons haut fait toute la prestance d'une femme. Elle ne porte pas souvent de bijoux, mais dispose d'une collection complètement
déraisonnable de sacs à mains dans lesquels elle range soigneusement un tas de trucs dont elle ne se sert jamais.

Lauren marche et se tient avec la colonne vertébrale droite, et manque un petit peu de souplesse dans la plupart de ses gestes. Brutale de dynamisme, elle dégage quelque chose de mal dégrossi malgré ses efforts de subtilité dans son paraître: chassez le naturel, et il revient au galop. Sa voix elle-même sonne comme plus comme un claquement de fouet que comme une caresse, et elle est incapable de contrôler son timbre: ses conseils sonnent comme des ordres, et ses tentatives de questionnement comme des intrusions. Son rire est tonitruant et lui aussi mal géré,
et à tendance a surprendre.
icon

Âge :
22 ans
Naissance :
12/03/1995
Origines :
Néerlandaises
Nationalité :
Anglaise
Métier :
Etudie les Sciences magies (et a pris en option biologie, géographie, et sciences physiques) // Préparatrice-Vendeuse à Leaf it to me
Statut civil :
Célibataire
Type de magie:
Magie des plantes
Autre :
Neutre bon //  ESTJ-A

Histoire

C'est joli, Amsterdam, au printemps, quand le jardin botanique se réveille et étend toute la diversité de sa flore qui renaît, et que sa flore batifole gaiement dedans avec la naïveté insouciante du chevreuil qui pose ses petites pattes sur la mousse de printemps perlée de rosée. Et c'est encore plus beau, quand les vélos passent le long des canaux fleuris, chevauchés par de beaux jeunes gens aux rires cristallins qui ne craignent pas le lendemain et profitent du zénith de leur existence le sourire aux lèvres. Du moins, c'est très certainement ce qu'un mauvais poète aurait écrit un lendemain de cuite sonore et dégueulasse sur le sujet, si notre protagoniste n'était pas née dans une banlieue crasseuse de Liverpool une matinée de mars qui puait la défaite, dans un hôpital miteux, avec un père qui ne s'était même pas déplacé pour aider sa femme et ladite femme qui accouchait en braillant pour obtenir une péridurale qui tardait à venir de son quatrième rejeton tout en se promettant de se faire ligaturer les trompes le plus rapidement possible.

On la nomma Lauren, parce que les prénoms cools avaient été déjà pris par ses aînés et que son père aimait bien Lauren Baccall, et elle se retrouva flanquée du second prénom Hannah parce qu'il restait une grand-mère encore envie à laquelle il fallait bien tenter de rendre hommage pour des raisons plus diplomatiques que mues par un réel respect. On lui colle une grande claque dans la gueule en se marrant grassement parce que c'est rituel, pour vérifier qu'elle respire bien et que la gamine est en bonne santé, et on la ramène au dix-septième étage d'une tour de béton sans âme en n'oubliant pas de saluer au passage madame la concierge et de se plaindre des jeunes qui dealent certainement dans la cage d'escalier, mais si, c'est la concierge qui l'a dit cinq minutes auparavant, et puis ils sont jeunes donc ils font forcément de la merde parce que ça va de pair, ils le disent à la télé au journal du soir. Le berceau est installé dans le couloir, on la baigne dans le lavabo, on lui talque les fesses un grand coup et on la largue dans sa petite cage avec un genre de terrifiant lapin en peluche d'occasion pour ne l'en ressortir que lorsqu'elle pleure, l'emmerdeuse, pour bouffer ou quand sa couche est pleine.

Déjà petite, Lauren s'emmerde ferme. Elle n'aime pas l'appartement ridiculement petit dans lequel elle est coincé a longueur de journée, elle trouve le square bétonné immonde, sa grande sœur est con comme ses pieds, de son point de vue, et les deux jumeaux au dessus d'elle ne sont pas beaucoup plus futés. Elle déteste la voix de crécelle de son aînée,
et sa passion ridicule pour tous les chanteurs pops à la mode (comment peut-on collectionner autant de posters de Billy Crawford, par tous les saints?), et les jeux de bourrins décérébrés a grand renfort d'armes en plastique ou de manettes de jeu des deux autres débiles la font hurler. Sa mère n'est pas tellement mieux, mais elle lui reconnaît au moins les efforts faits, et ne lui en veut pas de rentrer tard, épuisée, après une journée de labeur à la caisse d'un Tesco. Mais c'est avec son père que le courant passe le moins bien. Elle ne supporte plus son haleine alcoolisée a longueur de temps a partir de l'âge de huit ans, et pleure régulièrement lorsqu'il balance des bordées d'injures dans tous les sens sur sa mère qui n'a même plus la force de répondre. La nuit, dans son lit superposé, alors que Billy Crawford la regarde en trente exemplaires, elle les entend hurler, et se demande comment est-ce que tout ça va se finir.

Le seul réconfort se trouve chez Hannah, grand-mère maternelle, mais parent de substitution à mi-temps, qui appelle trois fois par semaine "sa petite fille préférée" au téléphone en direct d'Amsterdam, et qui lui paye le billet d'avion ainsi qu'a ses frères et sœurs chaque vacances d'été pour qu'ils puissent retourner à cet endroit qu'ils n'auraient jamais du quitter, selon Lauren. Elle n'avait aucun moyen de savoir, Lauren, que le départ ne s'était pas fait par plaisir, mais pour des raisons purement économiques, et que son père avait à l'époque de son émigration rêvé d'une vie meilleure pour sa femme et les enfants à venir, et qu'il était encore jeune et presque beau, et qu'il aimait encore sa compagne, et qu'il ne buvait jamais d'alcool. Absolument aucun.

Mais à chaque fois qu'elle va à Amsterdam, elle se sent chez elle, Lauren. Sa grand-mère l'emmène au jardin botanique, naviguer sur les canaux, faire du vélo, et elle l'invite a chaque fin d'après-midi à prendre une grenadine et un petit gâteau en terrasse du même café, aujourd'hui fermé. Pendant ce temps, ses frères sont sur leur console, et sa soeur est sur internet, à se plaindre sur MSN de louper toutes les soirées de l'été. Mais elle s'en fout pas mal, Lauren, de ses frangins, dans ces cas là. Elle chérit les moments avec sa grand-mère, s'éclate comme une folle à courir entre les statues du Rijksmuseum et à se moquer bêtement des tronches idiotes des gens peints par Rembrandt. Et chaque année, elle supporte l'humiliation quotidienne de son existence crasse de cinquième roue du carrosse boiteux qui roule à toute vitesse vers le grand rien dans l'attente fébrile des prochaines vacances d'été.

Sa soeur se découvre le don de manipuler le bois comme sa mère, à ses onze ans. Quand c'est le tour des grumeaux, ils maîtrisent l'encre, exactement comme leur père. Chose amusante, sa soeur devient marron quand elle utilise son pouvoir, et ses frères deviennent indigo. Quand c'est le tour de Lauren, personne ne s'attend exactement à ce qu'elle fasse autre chose, et on lui fournit du bois et de l'encre afin que tout ceci soit réglé le plus vite possible et que tout le monde reprenne son train-train quotidien. Mais elle n'en fait rien, pas même un petit meuble Ikea accompagné de sa notice, pas même un tas de sciure ou un pâté d'encre, rien du tout. Petit boulet de la famille, elle ne fait rien, et s'en va pleurer une année supplémentaire auprès de sa grand-mère, qui se retrouve un peu désemparée. Et finalement, tout naturellement, un après-midi au jardin botanique, elles s'installent sur un banc. Elles discutent, en face d'un banc de petites fleurs qui sortent à peine de terre. Lauren se met à pleurer, de ne pas avoir de pouvoir, et sa grand-mère tente de la consoler. Elle lui parle des fleurs qui mettent du temps à pousser, mais la gamine s'en fout. Et elle s'énerve, et se décide, en guise de vengeance mesquine, à punir ladite petite fleur qui n'avait rien demandé à personne. Elle est vraiment en colère, la gamine qui plante ses mains dans la terre sous le regard consterné de son aïeule. Et la rage retombe, quand elle pousse un tout petit peu et s'ouvre à peine, comme par magie. La vieille dame sourit, et plante ses mains à son tour dans le sol. Le parterre pousse et s'ouvre, sous les éclats de rire de l'enfant.

Elles se font virer à coup de pompes dans le train du jardin botanique. Sur le chemin vers la pâtisserie, sa grand-mère lui offre "Tistou les pouces verts". Ca rassure un peu Lauren, qui a effectivement les pouces vert sapin. L'année suivante, elle tentera de faire pousser un peu tout et n'importe quoi dans le béton, de la plus maigre touffe d'herbe moisi au bouleau triste du square, avec des succès plus ou moins flagrants, mais toujours une somptueuse couleur sapin sur le visage.

Sa soeur a grandi, et elle passe a la télé, son rêve de toujours. Elle fait partie d'une émission de télé-réalité, et c'est la fierté de la famille, qui se réunit presque religieusement devant le poste à 18h tous les soirs de la semaine. Les grumeaux grandissent aussi, et épuisent le peu de forces qui restait à leur mère, qui trouve finalement que se réfugier dans l'alcool, c'est pas mal non plus. Lauren a quatorze ans, et est en saturation totale. Elle veut partir, retourner à Amsterdam avec sa grand-mère, aller dans une vraie bonne école, elle qui n'est pas trop bête, et s'éloigner le plus possible de cet environnement qui ne lui ressemble pas.
Une visite des services sociaux précipite le tout, et elle se retrouve non pas à Amsterdam, mais dans le centre-ville de Liverpool, ce qui ne représente pas, selon elle, une grande avancée. Mais la solution provient une fois de plus de la part de la vieille Hannah, qui lui parle d'une école, loin, mais excellente, mais avec des bourses d'études qui lui permettraient de partir. Non,bien sur, elle ne suivrait pas, mais au moins, sa petite fille serait à l'abri du besoin pendant sa formation, et elle déciderait bien de quoi faire ensuite, elle avait le temps.

Lauren travaille d'arrache pied pendant cette année-là, et à l'age de quinze ans, reçoit enfin la confirmation de sa bourse d'études pour partir à Ademonia. Elle revoit ses parents, avant de partir, qui ont viré les grumeaux loin de chez eux et qui ont récupéré sa sœur, le temps de sa désintoxication. Elle ne regrette pas de partir, finalement. Dans l'avion, un poids s'enlève tout seul de sa poitrine. Elle va pouvoir faire des grandes choses, maintenant.

Sept ans plus tard, elle est encore là, étudiante studieuse et ambitieuse, qui téléphone à sa grand-mère toutes les semaines, et qui s'est débarrassé le plus vite possible de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un poste de télévision. Hannah vieillit, bien sur, mais Lauren s'est juré de réussir ses études haut la main. Et quand elle aura terminé, elle reviendra à Amsterdam, emmènera sa grand-mère, désormais en fauteuil roulant, au jardin botanique, et elles iront prendre une grenadine en terrasse en regardant les jeunes gens a vélo le long des canaux, aux rires cristallins qui ne craignent pas le lendemain et qui profitent du zénith de leur existence le sourire aux lèvres.

Maho, 24 ans, je vous ait découverts via un de vos partenaires, et ce forum a l'air trop bien ?! Le design est carrément cool et tout est très bien écrit et 20/20 pour les poulets en plastique bisous ♥️

Messages : 8
Pouvoir : Transformation en cheval
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 31 / assistant social
Voir le profil de l'utilisateur http://bermudes-maestrii.forumactif.com/t38-sad-horse-gayle-huey-bensonhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t52-1-503-555-0149-why-d-you-only-call-me-when-you-re-highhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t50-a-horse-with-no-name
avatar
Jeu 25 Jan - 19:34
J'adore ta façon d'écrire !!!! (et le fait que tu aies choisi poison ivy en réf **)
Encore bienvenue parmi nous ! ♥️
Messages : 13
Pouvoir : Maîtrise des plantes
Type de magie : Monomaestrii
Âge / Classe / Job : 22 ans/Sciences Magiques/Préparatrice à Leaf it to me
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jeu 25 Jan - 19:37
MERCI BEAUCOUP GAYLE ♥️♥️♥️ (je viens de tiquer que mon perso est allergique aux chevaux , j'avais pas vu ton avatar du style absolu avec BoJack )

Edit: Elle est donc officiellement "pas allergique aux chevaux"
Messages : 69
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 42 ans / Chercheur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Ven 26 Jan - 13:29
tu es validé(e)

Lauren a l'air d'être un personnage particulièrement intéressant ! Son histoire était un véritable plaisir à lire, j'ai adoré ♥️ PUIS LEAF IT TO ME AHH ♥️

Tu peux dès à présent aller remplir les listings afin que nous puissions t'attribuer ta couleur et commencer à RP !
Recense ton avatar
Recense ton pouvoir
Demande une chambre
N'oublie pas de Générer ta feuille de personnage depuis ton profil!

D'autres choses à nous dire sur ton personnage? Les listing optionnels sont par ici !
Trouves un job
Inscris-toi à un club
Recense ton IRL


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Ministère de la Magie :: Etat Civil :: Résidents
Princesse du béton - Lauren [FINITO LE HARICOT]

Sauter vers: