SAD HORSE ▬ gayle huey benson
 :: Ministère de la Magie :: Etat Civil :: Résidents

Messages : 8
Pouvoir : Transformation en cheval
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 31 / assistant social
Voir le profil de l'utilisateur http://bermudes-maestrii.forumactif.com/t38-sad-horse-gayle-huey-bensonhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t52-1-503-555-0149-why-d-you-only-call-me-when-you-re-highhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t50-a-horse-with-no-name
avatar
Dim 14 Jan - 1:02
Transformation en animal terrestre – le Cheval (23/25 PM)
Vous l'aurez peut-être déjà deviné si vous êtes quelqu'un de particulièrement perspicace, mais Gayle possède le pouvoir de se transformer en cheval. Ayant fait toute sa scolarité à Effington, il a gagné une compréhension assez exhaustive des possibilités que lui offre son pouvoir : ainsi, il peut transformer tout son corps, ou simplement une partie, ou encore juste un membre.
Lorsqu'il commençait tout juste à découvrir son pouvoir, la couleur de la robe du cheval dont il prenait l'apparence avait tendance à varier selon son humeur, mais plus il grandit, plus celle-ci s'est stabilisée. Aujourd'hui, la probabilité qu'il se transforme en un cheval à la robe bai est de plus de 95% - après, on peut toujours se demander si c'est parce que c'est l'apparence qu'il préfère, ou si c'est parce que c'est la couleur de robe qui correspond à ses « légères » tendances dépressives.

Si Gayle maîtrise très bien son pouvoir, il y a malheureusement un aspect de celui-ci sur lequel il n'a aucune prise. En effet, contrairement à de nombreux métamorphes, les transformations de Gayle se réalisent en temps réel – c'est à dire qu'il sent chacun de ses os et muscles s'étirer, se réduire, se détruire, pousser, etc, à chaque métamorphose, ce qui, ma foi, ne l'enchante pas vraiment – particulièrement lorsque ça touche à son visage. Non seulement ce n'est pas un spectacle très agréable, mais ce n'est pas non plus très facile à vivre, même si ses transformations ne lui laissent aucune séquelle physique lorsqu'il reprend une apparence humaine (parce que bon sinon il aurait la tronche de Freddy Krueger). A noter que c'est le cas pour tous les métamorphes de sa famille – probablement une petite particularité génétique.

Au cours de son apprentissage de la magie, il a ainsi trouvé un entre-deux confortable – comme c'est la transformation de la structure osseuse de son crâne qui est la plus pénible, il a tout bêtement décidé de garder sa tête de cheval le plus possible. Après tout, c'est pas comme si ça allait faire de l'ombre à son corps de dieu grec (même si ce dieu grec est Dionysos), et puis zut, si les gens ne sont pas prêts à l'accepter tel qu'il est, c'est qu'ils ont besoin de travailler sur leur ouverture d'esprit !

L'inconvénient de sa « solution miracle », c'est qu'à force d'être identifié comme l'homme-cheval par tout le monde, quasiment personne ne se rappelle de son vrai visage. Pourtant, il n'est pas transformé 24/7 non plus – après tout, il est obligé de revenir à son apparence normale au moins une fois par jour, sinon il se sent faible et il fait des malaises. Et je peux vous assurer qu'il est lourd à déplacer quand il s'évanouit.

Nota Bene :
- Il est très rare qu'il se transforme complètement en cheval – tout bêtement parce que même si tout son corps est transformé, il préfère généralement garder ses cordes vocales pour pouvoir communiquer plus facilement.
- Quand il perd le contrôle de son corps, il perd aussi le contrôle de son pouvoir, et ne peut plus contrôler quelle partie de lui est transformée en quoi.
- Il est arrivé à Effington en full cheval qui parle, et beaucoup de gens ont d'abord cru qu'il était un cheval avec le pouvoir de se transformer en humain.
Soit on l'aime, soit on le déteste.

Vous venez à peine de lui adresser la parole et ça y est, il a déjà commencé à se plaindre qu'il a mal au dos, et qu'il a pris du retard dans ses dossiers, et qu'il a pas bien dormi cette nuit, et cætera. Si vous faites l'erreur de lui demander comment il va, il vous fera croire qu'il a tous les petits problèmes du monde. En fait, c'est juste sa manière de détourner le sujet, et d'éviter par tous les moyens que quelqu'un aborde ses vrais problèmes.

En soi y a pas besoin de le connaître depuis longtemps pour constater que Gayle a du mal à gérer sa propre existence. Que ce soit son appartement parsemé d'emballages de plats à emporter et de bouteilles vides, son haleine café-clope ou les appels en plein milieu de la nuit pour dire « je t'emmerde », il y aura forcément un signe qui vous fera tiquer.

Il est mélancolique, vous comprenez. Il n'a pas eu le temps de se voir devenir vieux, parce qu'il était trop occupé à danser et à boire. D'accord, il est toujours jeune, mais il n'a littéralement plus vingt ans, et ça devient de plus en plus dur de continuer de se lever chaque matin (surtout avec la gueule de bois) (et encore plus avec une gueule de cheval).

Ca devient de plus en plus dur de trouver une raison d'avancer, de poursuivre dans cette routine insupportablement monotone. Et forcément, comme il vient de passer dix ans à résoudre tous ses tracas en les fuyant, il a envie de le fuir aussi, ce tracas là.

Sauf que celui-là le suit. Ce tracas a grandi, comme une ombre qui se nourrit de l'obscurité, et il est devenu un monstre de ténèbres, tentaculaire, grandiose et malveillant, qui l'entoure et qui chuchote tendrement dans ses oreilles des petits mots doux à chaque action. Vous la connaissez peut-être déjà, cette chère Dépression.

Attention, il faut savoir accepter quelques nuances. Gayle a toujours été un peu morose à sa façon, sans vraiment le montrer. Habitué aux railleries, il a également pris l'habitude de les rendre, puis simplement de les distribuer – c'est le moqué moqueur. Il se prend rarement la tête avec la sensibilité des autres, peu importe à quel point elle peut être froissée par son manque de tact.

Mais même s'il ne le montre pas, il reste un être sensible, et, tout au fond, bienveillant. Il aime la poésie d'une histoire qui se finit bien, tout comme il apprécie le plaisir simple d'être en bonne compagnie. Peut-être que c'est tout bêtement cette tendresse naïve, corrompue par la mélancolie, qui s'est transformée en tout ce désespoir. Peut-être que c'est ses restes de gentillesse qui l'ont rendu aussi pathétique.

Il fait un métier où il aide les gens, après tout, non ? Est-ce que c'est encore crédible à ce stade, si il continue de faire semblant de s'en foutre d'eux ? Enfin bon, se demander ça, c'est supposer qu'il aie un jour été crédible.

Sauf que le mec a choisi volontairement d'avoir un masque de cheval permanent, se pointe trois jours sur cinq au bureau avec la pire des gueules de bois, s'offre un joint pour son anniversaire tous les ans (parce que personne lui fait de cadeaux d'anniversaire depuis des années), est le sujet d'au moins une dizaines d'histoires de soirées qui ont mal tourné...
Je veux dire, crédible, c'est pas forcément le premier mot qui me viendrait à l'esprit, en fait. Mais vous savez, de son je-m'en-foutisme, Gayle il en tire aussi quelques qualités. Parce que quand on en a plus rien à faire du monde qui nous entoure, on s'en fout aussi de ce que les autres pensent, en bien ou en mal. Alors le ridicule ne le tuera jamais – peu importe les moqueries, peu importe les ragots.

Le jugement qui lui fait le plus de mal, c'est le sien. C'est la peur d'être en train de mal vieillir, et de vieillir tout court, en fait. C'est la peur d'être en train de se rendre compte qu'il a gâché sa propre vie, qu'il a oublié l'important. C'est la peur de pas savoir ce qui est important, aussi.

Il faut croire que Gayle est un loup pour Gayle.
Gayle est un cheval à la robe bai, il se démarque notamment grâce à la marque blanche en forme de losange sur son front. Ses yeux sont noirs, tout comme sa crinière. Si vous le croisez dans son quotidien, vous ne verrez probablement que sa tête de transformée – si vous vous demandez pourquoi c'est le cas, les explications ne sont pas dans cet onglet. Dans sa vie de tous les jours, il préfère garder des mains et des pieds humains, d'abord parce que c'est plus facile pour son travail, ensuite parce que c'est plus poli quand quelqu'un lui dépose un dossier de lui serrer la main pour lui dire bonjour.

Comme toute sa famille, Gayle est assez grand, et les plus jeunes d'entre vous se sentiront peut-être intimidés face au mètre 95 de l'homme-cheval. Pour autant, il ne faut pas être particulièrement lucide pour vite se rendre compte qu'il est plus proche de la loque que du mâle alpha. Il faut dire qu'il est trop flemmard pour vraiment se consacrer au sport, et qu'il a pris du bide à force de passer ses soirées au Sven's – d'ailleurs, il ne peut plus voir de hot dogs en peinture, tant il en a englouti pendant ses soirées « self care » (soirées qui consistent généralement à se bourrer la gueule puis à s'incruster au concours du restaurant pour manger le plus possible sans payer).

Et ce n'est pas que ça – il porte sa mélancolie comme un accessoire de mode. Ses vêtements, peu importe à quel point il les lave, semblent ne jamais se défaire de leurs tâches de va savoir quoi, tout comme l'odeur mêlée de liqueur et de tabac froid incrustée trop profondément dans chacune de ses pores pour le quitter un jour. Sa voix, rauque et grave, n'est jamais enjouée, et semble emprunte de regrets qu'il n'aborde pas.

Malgré tout ça, Gayle possède un certain charisme, un certain charme même, diront certains. Il donne l'impression d'être capable d'assumer tout ce que les autres cachent, et de transformer ses faiblesses en forces, et ses défauts en identité. Est-ce vraiment le cas ? Même lui n'en est pas trop sûr. La seule chose qu'il sait, c'est que les gens ne voient que ce qu'ils veulent voir.

-

A l'attention des curieux :
Gayle ne cache pas forcément son apparence humaine, il a juste pris l'habitude d'être « Mr Cheval ». Si vous vous posez la question, sa vraie apparence est tout ce qu'il y a de plus banale. Il a les cheveux blonds et bouclés, les yeux marrons, et sa peau est très pâle et tend sur le rose. Il fait beaucoup plus jeune en humain qu'en cheval, mais c'est probablement juste parce qu'il a le visage un peu rond.
icon

Âge :
31 ans
Naissance :
30/06/1987
Origines :
Il est de descendance néerlandaise.
Nationalité :
Américaine
Métier :
Assistant social (school social worker)
Statut civil :
Célibataire
Type de magie:
Monomaestria
MBTI :
INFP-T
Zodiaque :
Cancer ascendant Bélier

Histoire

Famille -
Le père de Gayle, Oscar Benson, est issu d'une longue lignée de monomaestrii. A chaque génération, un métamorphe apparaît – le prédecesseur de Gayle est son oncle, capable de se transformer en scarabée. Oscar, quant à lui, a le pouvoir de perception de la magie. La famille de sa mère, Jan Benson (née Hoppe), est plus hétérogène, mais elle a un pouvoir également : celui d'arrêter le temps. Jan et Oscar ont tous les deux décidé de vivre dans l'Oregon après avoir terminé leurs études à Effington, et d'y fonder leur foyer.
Gayle a également une grande sœur avocate, Lena, qui est mariée et qui attend un enfant. Ils ont seulement trois ans d'écart et s'entendent plutôt bien, mais ils n'aiment tous les deux pas s'étaler en niaiseries, alors ils le montrent autrement. Elle a le pouvoir d'invoquer des harpies.

Enfance -
Né en début d'été à Portland (Oregon), Gayle est un beau bébé avec des grosses joues et des bras potelés. Bien lancé dans la vie, tout lui tend les bras – sauf sa sœur, dont il deviendra très vite le souffre-douleur. Ce ne sera pas mieux une fois à l'école : tous les deux têtus et rancuniers, ils se disputent pour un rien, et campent sur leurs positions jusqu'à ce qu'un adulte les force à se réconcilier. Contrairement à elle, il n'est pas très bon élève, et compense ses résultats moyens en se faisant plein d'amis avec qui jouer. A cet âge là, le petit Gayle ne semble obsédé que par une seule chose : les cow-boys, et tout particulièrement leurs montures. On se demande pourquoi, tiens.

Découverte du pouvoir -

Un moment chaotique, mais grandiose. Il a douze ans, et il est en septième année. Le petit Gayle, anxieux d'aller à l'école à cause d'un exposé qu'il doit faire le lendemain, se réveille constamment dans la nuit, et finit par décider d'aller boire un grand verre de lait chaud pour essayer de se calmer. Sauf qu'au moment où il se lève, il se rend compte qu'il ne tient pas debout, et s'affale de tout son long sur le sol. Forcément : marcher avec deux sabots à la place des pieds, quand on est pas habitué, c'est un peu dur. Paniqué, il s'agite au sol et commence à hurler, se sentant littéralement dévoré par le processus de transformation et la douleur qui l'accompagne.
Sa mère, qui sera la première réveillée par son boucan, débarquera pour arrêter le temps dans la pièce et réveiller son mari pour essayer de trouver une solution. Enfin, techniquement, ils savent déjà ce qu'ils doivent faire : quelques années plus tôt, c'est Lena qui découvrait son pouvoir, et croyez-moi, c'était beaucoup plus difficile de gérer l'invasion de harpies dans la maison. Au moins, cette fois, ils étaient au courant qu'ils avaient simplement besoin de calmer leur poney de fils, et d'entamer les demandes de bourse et de résidence.

Adolescence -

Malgré sa réticence à se rendre sur l'archipel, Gayle se fera vite à sa nouvelle maison. Même si sa sœur est aussi là, et qu'ils aiment toujours autant se chamailler, il voit dans l'institut une réelle opportunité : celle de découvrir qui il est vraiment. Travailleur sans en donner l'impression, il passe autant de temps à jouer à la console (Nintendo 64 à l'époque, eh oui) qu'à maintenir ses notes. Ses proches ne s'en rendront pas compte, mais il commencera également à se refermer sur lui-même – peut-être qu'il n'a pas apprécié l'endroit où ses heures d'introspection l'ont mené. Ou peut-être qu'il a déjà commencé à se lasser.
A partir de dix-sept ans, il commence à se rebeller, et à jouer un peu avec les règles et les surveillants. Il a même failli se faire virer plusieurs fois (en même temps, vomir sur les pieds de la personne qui vous engueule n'est pas une stratégie très pointue) – mais à chaque fois, il y avait un adulte pour rattraper la catastrophe, le sermonner, essayer de le remettre dans le droit chemin. Tant et si bien qu'il a décidé de rester sur l'île pour ses études supérieures.

Université -
Le jour, Gayle étudie la psychologie. La nuit, en revanche... Gayle rejoint une routine un peu vicieuse de pas mal d'étudiants, et alterne entre les cuites et les cours. Ou parfois, les deux en même temps, tiens, ça fait un peu d'animation. Ses proches, embarrassés par le spectacle de sa descente aux bas-fonds de la vie, se détournent de lui. Il se fait de nouveaux amis, des amis de nuit, des amis qu'il ne voit que quand il a besoin de boire un coup, des amis « pratiques ». Il sait bien, au fond, que ce n'est peut-être pas le bon choix. Mais est-ce qu'il y a vraiment des bons et des mauvais choix, dans la vie ? A ce moment là de la sienne, Gayle décide que non.
Il obtient son diplôme non sans mal (on se demande pourquoi), et quitte l'université pour rentrer en Oregon.

Vie « adulte » -
A son retour, ça a été un peu compliqué. Forcément, la tête de cheval, ça passait un peu mieux à Effington. Gayle décide donc de mettre un peu de côté l'utilisation de son pouvoir, décidant de rester sous sa forme humaine pour moins effrayer les habitants de sa ville natale.
Propulsé dans les responsabilités et les factures sans son consentement, il a du mal à gérer entre sa vie professionnelle et sa vie privée. Tous ses collègues font de bien vieux amis. Comment peuvent-ils s'amuser à un simple dîner, où deux bouteilles de vin se battent en duel pour une dizaine de personnes ? Gayle ne comprend pas – il essaie, pourtant, mais tout ça lui semble encore incroyablement loin.
Il ne restera pas très longtemps à Portland, tant il s'y sentira mal à l'aise. Désespéré de retrouver son petit cocon émotionnel, il retournera à Effington sans regarder derrière lui. Une fois de retour, il n'avait plus qu'un seul objectif : consolider sa position de résident de l'île. Cela signifiait trouver un métier stable – et quel employeur plus stable que l'établissement scolaire si réputé ? Il n'était pas sûr que l'institut veuille à nouveau de lui, mais il décida d'envoyer un CV quand même – dans le doute, on sait jamais. Et coup de chance : il fut pris ! Principalement parce que l'assistante sociale d'avant comptait partir en retraite, mais bon, il est pris, c'est tout ce qui compte, non ? Visualisez un cheval heureux qui galope sur le port, son courrier entre les dents.

Aujourd'hui -
Ca fait maintenant cinq ans qu'il est fidèle à son poste, et qu'il habite dans un petit appartement en plein cœur du quartier culturel d'Effington. Que ce soit les problèmes de bourse, d'argent, de parents, de mental, que ça vienne du personnel ou des élèves, il a déjà l'impression d'avoir tout vu passer. Mais bon, il est là pour ça, non ? Gayle fait de son mieux pour aider les gens qui viennent à lui – dans le cadre de ses heures de bureau. Inutile de le solliciter en dehors – il sera sûrement en train de dormir, de toute façon. C'est qu'il ne dort toujours pas vraiment la nuit. Qu'il soit seul dans sa cuisine, ou entouré d'inconnus dans une soirée à laquelle il s'est incrusté, il n'y arrive pas, ça ne vient pas. Alors il fait des siestes ici et là.
Gayle ne parle plus à sa famille. Pas qu'il ne les aime plus, mais il n'a plus grand chose à leur dire – ils sont occupés, de toute façon. Il ne parle plus vraiment à ses amis non plus – soit il les a écarté, soit ils sont passés à autre chose. L'inconvénient des amis « pratiques » c'est qu'ils sont aussi passagers.
Gayle ne parle plus qu'à ceux qui s’assoient en face de lui, de 8h à 12h et de 14h à 18h, sur prise de rendez-vous. Il parle à ceux qui lui servent un verre, à ceux qui lui livrent une pizza. Il parle à son reflet dans le miroir, et à la télé quand elle dit des conneries.
Il parle à ceux qui lui parlent en premier, pour leur faire oublier l'idée même qu'il puisse avoir un problème. Il va bien Gayle ! Mais oui ! Tout va bien, tout va vraiment bien !

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

"j'ai été incapable de résister à l'appel de ce forum et j'ai donc décidé de venir jouer un cheval." - batard, 22 ans, victime de ses coups de coeur...

Messages : 8
Pouvoir : Transformation en cheval
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 31 / assistant social
Voir le profil de l'utilisateur http://bermudes-maestrii.forumactif.com/t38-sad-horse-gayle-huey-bensonhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t52-1-503-555-0149-why-d-you-only-call-me-when-you-re-highhttp://bermudes-maestrii.forumactif.com/t50-a-horse-with-no-name
avatar
Lun 22 Jan - 13:11
pig  pig Votre cheval déprimé est achevé, les cocos.

(j'en profite pour dire que cette bannière est de toute bôté)
Messages : 69
Type de magie : Monomaestria
Âge / Classe / Job : 42 ans / Chercheur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Lun 22 Jan - 13:48
tu es validé(e)

Gayle est génial! Original, touchant, intéressant, bref tout ce qu'il faut, jelem quokka

Tu peux dès à présent aller remplir les listings afin que nous puissions t'attribuer ta couleur et commencer à RP !
Recense ton avatar
Recense ton pouvoir
Demande une chambre
N'oublie pas de Générer ta feuille de personnage depuis ton profil!

D'autres choses à nous dire sur ton personnage? Les listing optionnels sont par ici !
Trouves un job
Inscris-toi à un club
Recense ton IRL


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Ministère de la Magie :: Etat Civil :: Résidents
SAD HORSE ▬ gayle huey benson

Sauter vers: